Additifs alimentaires et santé

Introduction

Les additifs alimentaires sont autorisés en premier lieu pour rendre les aliments sûrs, faciles d'emploi et attrayants. Ils ne peuvent être utilisés que lorsque les autorités compétentes sont convaincues de leur sécurité et leur nécessité d'emploi. Certains de ces additifs sont connus et utilisés de longues dates, ils sont aussi, pour nombre d’entre eux naturels.

Cependant, des doutes planent sur l’innocuité de nombreuses de ces molécules. Le seul véritable risque est celui d’allergies ou d’intolérances. Aussi, certains additifs sont suspects d’être cancérigènes lorsqu’ils sont abusivement utilisés. Ci-après, nous exposons brièvement les risques associés à certains additifs alimentaires.

La tartrazine et le carmin

Des réactions à la tartrazine (E102) et au carmin (E120 ou cochenille rouge) ont été rapportées de temps à autre chez des individus sensibles. Les symptômes comprennent des éruptions cutanées, une congestion nasale et de l’urticaire, bien que l'incidence soit très faible (12 personnes sur 10 000). Très rarement, des réactions allergiques ont été rapportées pour le carmin. La tartrazine a parfois provoqué de l'asthme chez des individus sensibles.

Les sulfites

Les sulfites (E220 - 228) sont des conservateurs employés pour contrôler la croissance microbienne dans certains produits alimentaires comme les vins, les bières et les produits à base de fruits. Ces additifs alimentaires peuvent déclencher chez les individus sensibles (asthmatiques) de l'asthme, caractérisé par des difficultés à respirer, de l'essoufflement, des râles et de la toux.

Les sulfites sont aussi responsables de la destruction de la vitamine B1 (thiamine) dans l'aliment où ils se trouvent et dans le tube digestif. Au Canada, il est interdit d’utiliser ces conservateurs dans les aliments reconnus comme étant des sources de la vitamine B1.

Glutamate de sodium et l’aspartame

Le glutamate de sodium (E621) est composé de sodium et d’acide glutamique. L’acide glutamique est un acide aminé retrouvé naturellement dans les produits alimentaires riches en protéines comme les viandes et les produits laitiers. Le glutamate est aussi un exhausteur de goût employé dans les plats préparés, l’alimentation chinoise, certaines sauces et les potages.

Le glutamate a été accusé d'une variété d'effets secondaires incluant des maux de tête et des picotements. Cependant, aucune étude scientifique ne montre un lien entre le glutamate et ces réactions, suggérant qu’un autre composant du repas, ou même un stimulus psychologique, puissent être responsables d’effets défavorables.

De la même manière, l'aspartame (E951), un édulcorant intense (une autre substance composée d'acides aminés naturels : l'acide aspartique et la phénylalanine) a été accusé de tous les maux, sans qu’aucun ne puisse être validé par des études scientifiques.

Le rouge 2G

Le Rouge 2G (E128) est la dénomination commune usuelle pour le colorant monoazoïque 8-acétamido-1-hydroxy-2-phénylazo-naphthaline-3,6-disulphonate disodique. Dans l’Union européenne (UE), il était autorisé uniquement pour une utilisation dans les « breakfast sausages » (saucisses de petit déjeuner) avec une teneur minimale en céréales de 6% et dans la « viande de burger » avec une teneur minimale en légumes et/ou céréales de 4%. Dans ces deux denrées alimentaires, un niveau maximal de 20 mg/kg était autorisé (directive 94/36/CE).

Suite à une réévaluation de l’innocuité des additifs alimentaires par le l’AESA (Autorité européenne de sécurité des aliments), il a été démontré que, dans le corps humain, le Rouge 2G se transforme en grande partie en aniline. Sur la base d’études conduites sur l’animal, le groupe scientifique a conclu que l’aniline devrait être considérée comme cancérigène. Ainsi, le rouge 2G a été retiré de la liste positive des additifs autorisés dans l’union européenne, par le règlement (CE) N° 884/2007 de la commission du 26 juillet 2007.

Conclusion

D’une manière générale, les additifs alimentaires ne posent aucun problème chez la plupart des personnes, un petit nombre d’individus ayant des allergies spécifiques peut être sensible à certains additifs alimentaires. Etant donné que tous les additifs alimentaires sont clairement étiquetés, les personnes ayant des sensibilités spécifiques et celles qui croient être sensibles à un additif alimentaire, peuvent aisément éviter les problèmes.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.