Défauts structurels de serti

Introduction

Les principaux défauts structurels qui peuvent être décelés suite à des examens visuels et tactiles sont présentés ci-après.

Marque de mandrin endommagé (Saillie)

Il s’agit d’un serti mal serré à certains endroits, se manifestant par une saillie sur sa face intérieure à cause d'un creux dans la lèvre du mandrin (Figure 21). Ce défaut est considéré comme sérieux en raison du manque de serrage à l'endroit du défaut.

marque de mandrin endommagé (saillie)

Empreinte de décuvetage

La présence d’une telle empreinte sur la face intérieure du serti (Figure 22) est l’indice des anomalies suivantes :

  1. Mandrin de diamètre excessif par rapport à celui du fond, au point de ne pas s’encastrer complètement dans la cuvette de celui-ci, même quand la compression est suffisante.
  2. Compression insuffisante, ne permettant pas au mandrin de demeurer complètement encastré dans la cuvette du fond pendant le sertissage, même quand la valeur du diamètre du mandrin est normale.

La gravité de ce défaut ne peut être évaluée qu’après décorticage du serti et détermination de la croisure. En effet, ce défaut se répercute sur les dimensions du serti, notamment l’épaisseur du serti et le crochet du corps ; et peut, par conséquent, affecter l’étanchéité du serti en diminuant la croisure.

Empreinte excessive des stries de la lèvre du mandrin

De pareilles marques (Figure 22) conduisent généralement à l’endommagement du revêtement, c’est-à-dire du vernis s’il y en a un, et éventuellement de la couche d’étain.

empreintes de décuvetage et stries du mandrin

On peut alors à ces endroits outre le défaut d’aspect, observer la corrosion du métal (rouille, désétamage, perforations). L’étanchéité de la fermeture est généralement non affectée par ce défaut.

Causes possibles de ce défaut sont :

  1. Stries trop profondes de la lèvre du mandrin ;
  2. Serrage excessif en 2ème passe.

Serti coupant avec ou sans fracture

Un serti coupant est une arête vive de métal qui se forme au cours du sertissage lorsque la couronne du serti est refoulée hors de la gorge de molette pardessus la lèvre du mandrin. Une arête légèrement vive n’indique pas que le serti est défectueux. Toutefois, l’aggravation du défaut peut entraîner une fracture dans la zone laminée (serti coupant fracturé), susceptible de compromettre l’étanchéité. C’est pourquoi il faut remédier à la présence d’arêtes vives dès qu’elles apparaissent (Figure 23).

serti coupant avec ou sans fracture

Le serti coupant peut être présent sur tout le pourtour du serti, mais il se retrouve surtout à la zone de jonction du montage et du serti (surépaisseur) et là où il y a des inclusions dans la soudure. Le meilleur moyen de le détecter est de glisser le doigt le long de la face intérieure du serti. Ce défaut est également désigné par les expressions suivantes : bavure, bec, arête vive, bourrelet.

Les causes possibles sont :

  1. Excès de soudure au montage.
  2. Usure du mandrin.
  3. Usure des molettes.
  4. Mandrin trop bas par rapport aux molettes de première passe.
  5. Serrage excessif des molettes de première ou deuxième passe.
  6. Compression excessive.
  7. Jeu vertical dans la tête de sertissage.
  8. Crochet de corps beaucoup trop long.
  9. Produit dans le serti.
  10. Excès de joint élastique.

Serti incomplet (glissement, dérapage ou patinage)

Le serti incomplet (ou serti inachevé) se produit lorsque le mandrin glisse sur la fermeture de la boîte. On constate que le serti est normal sur une partie du pourtour et qu'il est lâche (épais) sur l'autre partie en raison d'un serrage insuffisant (Figure 24). Ce défaut peut être accompagné d'une éraflure sur la courbure de la paroi de cuvette causée par le glissement du mandrin.

serti incomplet

Le serti incomplet peut être aussi désigné par les expressions « Glissement », « Dérapage » ou « Patinage ».

Les causes possibles sont :

  1. Compression insuffisante.
  2. Mandrin (diamètre, conicité ou serrage) inadapté au fond.
  3. Mandrin usé.
  4. Réglage incorrect en hauteur du mandrin par rapport au plateau de compression.
  5. Grippage des molettes.
  6. Huile ou graisse sur le mandrin ou le plateau de compression.
  7. Jeu vertical de la tige du mandrin.
  8. Réglage incorrect du synchronisme.

Faux serti (bord rabattu)

Serti non agrafé sur une partie du pourtour, avec le crochet de corps replié et comprimé contre le corps de la boîte. Il peut être détecté visuellement par la présence d’un bord rabattu (crochet de corps replié dépassant la base du serti (Figure 25). Mais il arrive que le crochet de corps replié ne dépasse pas la base du serti ; dans ce cas, le faux serti ne peut être décelé que par un examen très attentif, voire même une coupe, permettant alors de le mettre en évidence.

faux serti

Ce défaut est sérieux et doit être immédiatement corrigé car il se traduit par l’absence de croisure dans la zone défectueuse et peut entraîner des fuites.

Les causes possibles sont :

  1. Bord à sertir endommagé pendant l'expédition, la manutention, le remplissage, l'alimentation par vis, l'accrochage, le sertissage ou en raison de la présence de produit ou corps étrangers sur le bord à sertir.
  2. Bord à sertir champignonné (abaissé).
  3. Ourlet endommagé ou trop replié.
  4. Mauvaise mise en place de la boîte pendant l'assemblage.

Serti fissuré à la base

Le « serti fissuré à la base » se présente sous forme de fracture de la courbure du crochet de fond (Figure 26). Il peut être difficile à déceler sans l'aide d'une loupe : vérifier de près les sertis qui présentent des empreintes laissées par la gorge de la molette de deuxième passe, notamment à l'endroit de l'agrafe ou si un affaissement est observé.

serti fissuré à la base

Ce défaut est sérieux et doit être immédiatement corrigé. Il est aussi désigné par l’expression « serti fracturé » ou « projection fissurée à la base du serti ».

Les causes possibles sont :

  1. Serrage excessif du serti.
  2. Excès de soudure au niveau de la pastille.
  3. Fond défectueux.
  4. Excès de joint élastique.
  5. Produit ou corps étrangers dans le serti.
  6. Crochet de corps trop long.

Affaissement

Lorsque le serti présente un léger bourrelet en dessous de son niveau normal, on parle de « affaissement » (Figure 27). Cette situation peut s’observer en n’importe quel point du pourtour, mais on constate communément un léger affaissement au niveau du montage (cas des boîtes à trois pièces) qui est considéré comme normal. Mais s’il est prononcé, la croisure à ce niveau se trouve réduit et on peut alors s’attendre à un manque d’étanchéité.

affaissement

L'évaluation juste d'un affaissement se fait seulement après décorticage du serti et détermination du degré de croisure réelle et du taux de serrage suivant les recommandations du fabricant de boîtes : Tout affaissement examiné qui présente un degré de croisure réelle inférieur ou égal à 25% est considéré comme un défaut sérieux de sertissage auquel il faut remédier.

Lorsqu'un examen visuel est exécuté, un affaissement est considéré comme étant un défaut sérieux de sertissage s'il s'étend sur plus de 20 % de la hauteur du serti, ou sur plus de 1 cm le long du serti, ou si le serti présente plus d’un affaissement.

Les causes possibles sont :

  1. Produit ou corps étrangers dans le serti.
  2. Excès ou mauvaise répartition du joint élastique.
  3. Roulé de première passe trop lâche ou trop serré.
  4. Usure dans la gorge de la molette de première passe.
  5. Crochet de corps trop long.

Picot en V

Un « V » ou « picot en V » est une irrégularité du serti due à l’insuffisance, voire à l’absence de chevauchement des crochets (croisure) en certain points du serti. Le métal du crochet de couvercle fait saillie dans sa courbure sous le serti et forme un ou plusieurs « V » (Figure 28). Ce défaut est également désigné par les expressions « saillie », « dentelure » et « lèvre ». Les causes en sont les mêmes que pour l’affaissement.

picot en V

Les picots en V sont considérés comme un défaut sérieux de sertissage en raison de l'absence de croisure à l'endroit du picot.

Sortie de joint (fluage)

On peut au cours du sertissage observer des fragments de joint expulsés à la base du serti en un ou plusieurs points (Figure 29).

sortie de joint (fluage)

Ce phénomène peut, selon le cas, être sans gravité ou compromettre l’étanchéité. De toute manière, cette situation doit conduire à s’assurer que la sortie de joint ne s’aggrave pas en cours de stérilisation.

Les causes possibles sont :

  1. Excès ou mauvaise répartition du joint.
  2. Emploi d’un joint non adapté au produit emboîté.
  3. Excès de serrage en 2ème passe.

Saut de molette (saut aux surépaisseurs)

Un « saut de molette », appelé aussi « saut aux surépaisseurs », est une portion du serti qui n’est pas roulée assez serrée aux environs de l’agrafe de corps. Examiné de l'intérieur, défaut ressemblant à deux ou trois rides sur un côté de l'agrafe (Figure 30). Ce défaut se produit lorsque la molette de la 2ème passe a tendance à sauter après le passage de l’agrafe et se traduit par un taux de serrage insuffisant du serti au niveau de la zone « montage ».

saut de molette

Un saut de molettes est considéré comme un défaut de sertissage sérieux en raison d'un degré de serrage insuffisant.

Les causes possibles sont :

  • Vitesse excessive de la sertisseuse.
  • Action trop lente du ressort amortisseur de la molette de deuxième passe.
  • Ressort amortisseur brisé.
  • Pastille trop épaisse au montage.
  • Excès de soudure à l'extérieur de la pastille.
  • Serrage insuffisant par la molette de deuxième passe.

Commentaires

salut;
je ne parviens pas a obtenir un calage correct sur ma sertisseuse de marque lubin.
merci de m'orienter.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.